Une robe porte feuille fleurie (et en bonus, une petite astuce de couture glanée au cours)

Cette robe dont je vais vous parler est finie depuis courant juillet, mais j’ai eu du mal à trouver un peu de temps pour que Richard en fasse les photos.

En effet, j’ai beaucoup profité de ce bel été en allant souvent à l’aquagym (d’où je ressors coiffée comme un balai o cédar…) et nous avons fait quelques randonnées, uniquement le matin, donc l’après midi, c’était sieste.

J’ai réalisé le patron au cours de modélisme.

L’idée de robe, c’était cette forme :

porte feuille, sans manches, avec des pinces devant et derrière.

Je me suis inspirée de ce modèle d’un Hors Série Modes et travaux, en supprimant la différence de longueur entre les 2 pans de la robe car je n’aime pas du tout ce type de forme.

Je suis partie de mon corsage de base (en tissu chaîne et trame) et je l’ai modifié pour faire des découpes princesse devant.

J’ai coupé le corsage au niveau de la taille, de façon à pouvoir le doubler, ce qui m’a évité d’avoir à couper et à coudre des parementures qui auraient donné un envers moins bien fini.

 

Je vais vous parler ici de la petite astuce donnée par Muriel, au cours de couture. Il s’agit d’éviter la déformation de l’encolure qui est taillée dans le biais. J’ai donc coupé un morceau de la lisière de mon tissu de la longueur exacte (d’après mon patron) de la partie à renforcer et d’une largeur d’1 petit centimètre. Et j’ai cousu cette lisière tout au bord de mon encolure (sur l’envers). Cette zone est donc maintenue sans épaisseur notable et on ne voit rien une fois le vêtement terminé.

J’ai coupé la partie jupe en 3 pans, 1 pour le dos et 2 qui croisent pour le devant.

J’ai commencé par coudre le corsage, en 2 exemplaires, et quand il a s’agit d’assembler la partie extérieure et la partie intérieure du corsage, j’ai constaté que le haut des bretelles que j’avais cousu m’empêchait de retourner le corsage sur l’endroit. J’ai utilisé la technique lue dans les consignes du patron du top Datura qui explique très bien comment faire pour venir à bout d’une telle difficulté, à savoir que la couture d’épaules n’est cousue qu’une fois le vêtement remis sur l’endroit.

J’ai laissé une petite ouverture de 3 cm sur le côté droit, correspondant à la largeur du lien à nouer tout autour de la taille.

Pour fabriquer le lien à nouer, j’ai coupé 2 morceaux de tissu de 90X8 cm que j’ai cousus sur l’envers et ensuite retournés.

Le tissu était dans mon stock ; il s’agit d’une popeline achetée lors d’un déstockage des tissus Agnès B. dont j’ai déjà parlé là. 

L’ajustage a été très réduit ; j’ai seulement cousu une petite pression noire au niveau de la croisure du corsage (pour éviter les ouvertures intempestives).

Cette robe est très agréable à porter les jours de canicule; elle est légère et le tissu est doux, fin et agréable à porter.

Bonne semaine à tous, profitez de l’instant présent et prenez soin de vous.

 

18 réponses sur “Une robe porte feuille fleurie (et en bonus, une petite astuce de couture glanée au cours)”

  1. Très jolie robe! J’ai ce magazine en plus, tu me donnes envie de le sortir du placard. L’astuce de Muriel a l’ air chouette! Donc si je comprends bien tu as 3 couches de tissu à l’encolure: le tissu extérieur, la bande et ta doublure cest ça ?

    1. Coucou Charlie, je te donne plus de détails sur la bande d’encolure : j’ai cousu le petit cm de lisière à environ 2 mm du bord, sur l’envers. Ensuite, j’ai cousu les 2 morceaux (tissu extérieur et doublure) endroit contre endroit , avant de retourner le tout. Donc la lisière ne se voit pas du tout car elle est à l’intérieur. Mais j’aurais pu faire le même système sans avoir forcément une doublure, l’objectif étant de stabiliser la zone en biais avec un matériau qui réagit comme le tissu utilisé. J’espère que je suis assez claire. Merci de ta visite et bon dimanche. ANNE MARIE

  2. J’aime beaucoup ta robe portefeuille. J’avais justement l’intention de m’en coudre une pour la mi-saison (snif ! déjà la mi-saison), mais en jersey et peut-être avec des manches. Projet à suivre…

    1. Coucou Fanfreluche, je peux te dire que nous sommes encore en été ici (32° encore aujourd’hui). Je viens de finir une petite robe que je vais porter bientôt pour les vacances prévues très prochainement. ça m’intéressera beaucoup de voir une robe portefeuille en jersey (parce que j’adore porter du jersey). Merci de ta visite et bon dimanche. ANNE MARIE

  3. Jolie ! et merci pour l’idée du renfort de l’encolure en biais, ça évitera que ça baille au bout de quelques lavages, j’ai une robe portefeuille en cours, et je crois que je vais garder l’idée …

    1. Coucou Isabelle, j’ai trouvé l’idée du renfort de la zone en biais intéressante et bonne à partager… L’objectif est d’utiliser un matériau qui réagit comme le tissu, sans l’élasticité dû au biais. Merci de ta visite et de ton commentaire. Bon fin de week end. ANNE MARIE

  4. Si j’ai tout compris, ton renfort, tu le poses comme un passe-poil (sans cordon) ?
    De toute façon , les cache-cœur, ce n’est pas pour moi !
    Mais qui sait les copines de l’atelier …

    1. Coucou Sar@h, je t’explique pour le renfort : j’ai cousu le petit cm de lisière à environ 2 mm du bord, sur l’envers . Ensuite, j’ai cousu les 2 morceaux (tissu extérieur et doublure) endroit contre endroit , avant de retourner le tout. Donc la lisière ne se voit pas du tout car elle est à l’intérieur. Mais j’aurais pu faire le même système sans avoir forcément une doublure (une parementure par ex) l’objectif étant de stabiliser la zone en biais avec un matériau qui réagit comme le tissu utilisé. J’espère que je suis assez claire. Merci de ton passage ici et bonne fin de week end.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *