Un body mix de « Givre » et « Body de Marie »

J’ai attaqué ce  projet avant le confinement. Ce dernier ayant quelque peu bousculé mes schémas de pensées et mes centres d’intérêt,  je n’ai repris les projets en cours qu’une fois le déconfinement amorcé et surtout tous les masques que je souhaitais coudre pour mon entourage cousus, envoyés, reçus et validés par leurs utilisateurs…

J’avais acheté voici un petit moment le patron de Givre de Deer and Doe qui rencontre un vrai succès auprès des couturières amateures.  Givre est un basique en jersey comprenant deux versions : la version A inclut une robe et un t-shirt manches ¾ avec empiècement contrastant, et la version B prend la forme d’une robe à bretelle et d’un débardeur avec décolleté en U.

J’ai profité des soldes du magasin d’usine Stof il y a quelques mois et j’ai acheté quelques métrages de jersey à des prix assez bas.

J’ai donc démarré une toile de débardeur Givre. Pas de difficultés particulières. Le jersey choisi est suffisamment extensible pour le modèle et il contient de l’élasthanne qui donne de la résilience. Pour les bandes d’encolure et d’emmanchures, j’ai consulté le livre de Marie Poisson « coudre le stretch » qui m’accompagne chaque fois que je couds du jersey.

Au moment de faire les finitions du bas, j’ai eu envie de voir ce que ça pouvait donner en body. Comme j’avais déjà un peu ce projet en tête, je m’étais procuré le livre « le body de Marie« ,  de la dentelle élastique pour les bordures de jambes et de l’extra fort écru et non pas blanc (hélas).

J’ai prévu des pressions avec une pince KAM achetée il y a un certain temps.

Au plan des tailles, j’ai coupé du 42 pour la partie débardeur et du 44 pour la partie shorty, qui s’est révélée un peu large mais portable tout de même après avoir augmenté les marges de couture. La prochaine fois, je couperai tout en 42.

J’ai ajusté le haut avec le bas et la couture se voit un peu, mais pas quand je suis habillée.

Je ne suis pas sûre que la pose des pressions et de l’extra fort soit correcte car ça ne me semble pas très soigné. En clair, j’ai vu mieux, beaucoup mieux, sur les autres blogs.

Il n’empêche que malgré toutes ses imperfections, ce body est très confortable et tous mes bidouillages ne se voient pas car ils sont cachés par mon pantalon.

Forte de cette expérience « Givresque », j’ai attaqué un autre débardeur avec les chutes qui me restent d’une robe Sirocco beaucoup portée l’été dernier. Et je suis arrivée, en tirant au maximum, à couper un débardeur, pas très long mais tout à fait portable une fois qu’il a été fini avec une bordure qui le tient plaqué sur les hanches.

 

Rien à dire si ce n’est que j’ai raté la surpiqûre de l’encolure, juste sur le devant : elle gondole. Comme Richard est très gentil (ou très myope), il me dit qu’on ne le voit pas.

 

Ce modèle , peu gourmand en tissu, permet d’utiliser les chutes et surtout, c’est le genre de vêtement que je porte souvent à la maison surtout quand il fait chaud.

Merci à Clément qui a fait le photographe.

Bonne semaine à tous et faites attention à respecter les gestes barrières.

14 réponses sur “Un body mix de « Givre » et « Body de Marie »”

  1. Quel dommage pour la surpiqûre, mais en même temps, on ne va pas mettre le nez dessus, n’est-ce pas ? 😉 Je trouve que le body et le débardeur sont vraiment jolis et te vont à merveille. Je n’ai jamais envisagé la couture d’un body. J’ai toujours pensé que ce serait inconfortable. Apparemment je me trompe…

    1. Coucou Fanfreluche, le body est un vêtement très confortable, sauf s’il est trop petit. Il faut qu’il ait les bonnes dimensions autant en largeur qu’en hauteur. L’avantage, c’est qu’il ne peut pas remonter. Merci de ta visite et à bientôt.

    1. Tu te rappelles : le tissu du body, c’est celui que nous avions acheté la dernière fois que je suis montée. Il me semble que ça fait une éternité. Biz et à bientôt.

  2. une belle idée de transformer ton tee-shirt en body ! c’est un prototype, il ne peut pas être parfait, et puis personne ne le voit. Et pour le tee-shirt, si Monsieur trouve que ça ne se voit pas, alors, ça ne se voit pas ….

    1. En vrai, j’aime beaucoup modifier et mélanger les patrons. Là je suis en train de coudre une robe Givre pour le haut et Zéphyr pour la partie jupe (je trouve qu’une robe débardeur, ça souligne vraiment trop le petit bedon…). Elle est à l’état de morceaux coupés. Merci de ta visite et à bientôt.

  3. Ces premières expériences givresques et bodyesques sont très réussies. Pour la surpiqure du tish, il faut avoir le nez dessus pour voir qu’elle part un peu de travers. Et à mon avis, seul Richard peut s’approcher aussi près 😉

    1. Le Givre est vraiment très facile à faire. En ce moment, j’ai attaqué une robe Givre pour le haut et Zéphyr pour la partie jupe (je trouve qu’une robe débardeur, ça souligne vraiment trop le petit bedon…). Elle est à l’état de morceaux coupés. Donc, ya plus qu’à. Merci de ta visite et à bientôt.

  4. Pour le body, là où sont situé les pressions … Nous n’allons pas être nombreuses à aller voir ! L’essentiel c’est que ce soit confortable.
    J’admire.

    1. Coucou Sarah, comme tu vois, j’aime toujours autant travailler le jersey. Surtout qu’on ne voit pas trop les petits défauts à cause de l’élasticité du tissu. Là je pense que je referai des bodies, mais peut être pour l’hiver. En ce moment, je finis une robe d’été Givre pour le haut et Zéphyr pour la jupe. J’en suis aux finitions. Merci de ta visite et de ton commentaire. Biz

  5. Très chouettes réalisations. Je suis moins fan des body pour des raisons pratiques mais il rend super bien. Tant pis pour la surpiqûre! Ce n’est vraiment pas dramatique..

    1. Au niveau pratique, je ne porte pas le body en sous vêtement mais en teeshirt. Le gros avantage, c’est que ça ne remonte pas, donc pas de dos à l’air. C’est sûrement pour ça que les bébés en portent. Merci de ta visite et de ton commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *